Lexique des mots de la culture et du patrimoine de la Martinique et de la Caraïbe

Actualité culturelle Martinique | Edité le 03 mars 2015 | article précédent | Proposition Cciale

 

Un grand merci à vous pour l’intérêt que vous portez à la culture Afro-Antillaise. J’ai créé ce petit lexique afin de vous éclairer sur un certains nombres de mots et expressions purement antillaises. Vous allez y trouver des expressions qui sont passées dans la langue française, des noms de lieux ou d’enseignes commerciaux qui ont disparut mais qui ont marqué la Martinique. Des noms de personnes ou de groupes…y figurent parce qu’elles ont a un instant du temps joué un rôle culturel ou social. Il s’agit d’un extrait du lexique qui sera bientôt disponible en intégralité sur Amazon.

 

Abbé Féval : l’abbé Féval était un prêtre qui exerçait son ministère à la paroisse du Gros-Morne. L’histoire populaire dit qu’un anti-christ aurait vu le jour dans la commune du Gros-Morne et qu’il serait allé afin de l’exterminer.

 

ABM : était un groupe de raggamuffin des années 90. Le sigle ABM veut dire ; ARTISTE BLACK MILITANT. ABM a connu le succès avec le titre « Marco ». Un titre qui faisait état de la façon dont un jeune homme bien éduqué était tombé dans la drogue jusqu’à y perdre sa vie.

 

Asipipi : est une expression créée et chantée par le chanteur Martiniquais Jean-Philippe Martinique. L’expression asipipi n’a pas signification particulière. C’est un terme utilisé pour faire danser la foule. 

 

Bankoulélé : bankoulélé était une émission télévisée humoristique des années 90.  Bankoulélé avait été créé par le metteur en scène Martiniquais Jocelyn Régina. Les acteurs principaux étaient Jean-Yves Rupert, Thierry Adèle, Général Sélass…

 

Bal boutché : un bal boutché était une soirée ou vous deviez amener un bouquet de fleurs pour y participer. Les bals boutché ou bal bouquet  étaient l’équivalent des zouk bouteilles des années 80. (Voir Zouk boutey).  

 

Bô Kannal : Bô Kannal ou Bord de Canal en français est un quartier populaire de Fort-de-France en Martinique. 

 

Bonne manman : bonne manman est un nom utilisé en Martinique pour désigner nos grands-mères.

 

Bitaco : le Bitaco était une célèbre boîte de nuit de la Martinique dans les années 80-90. La discothèque le Bitaco était située à Fort-de-France au quartier Ravine-Vilaine. C’était un haut lieu des soirées Martiniquaise qui a vu défilé de nombreux artistes et jeunes de l’époque. La boîte de nuit était composée de 3 salles ; une salle spéciale zouk, une salle pour la musique raggamuffin et une salle pour les musiques internationales. Il  y avait un petit bus qui faisait la navette entre le centre-ville de Fort-de-France et la boîte de nuit. Le Bitaco a  définitivement fermé ses portes en septembre 1995.

 

Bwadjak ou bradjak : les bwadjaks sont les voitures qui participent aux paradent du carnaval de la Martinique. Le mot bwadjak est aussi un mot créole qui désigne une vielle voiture un « taco ». Réf. Galerie photos bwadjak de Martinique 

 

Chabine : une chabine est un type de femme Afro-Antillais à la peau très claire. Les femmes de type chabine peuvent avec les yeux verts ou très clairs. Ex : Sara sé an bel chabine. Sarah est une belle chabine. NB : le masculin de chabine est le mot chabin.

 

Chabine kalazaza : une chabine kalazaza est un type de femme Afro-Antillais avec le teint clair mais très basané.

 

Chouval bwa : le chouval bwa est le manège traditionnel de la Martinique. La particularité du Chouval bwa c’est qu’il n’a pas de moteur. Le chouval bwa est actionné par la force des bras. Cette tâche est l’affaire des pousseurs. Actuellement, les principaux acteurs et concepteurs du chouval bwa de la Martinique sont Josélita et Claude Germany. Réf. Josélita et Claude Germany concepteurs chouval bwa

 

Chouval twa pat : chouval twa pat ou cheval à trois pattes est un animal des croyances et légendes populaires de la Martinique.  Le chouval twa pat est dit avoir été vu  la nuit par certaines personnes.  

 

Ciné-Théâtre : le ciné-théâtre était un cinéma de la Martinique. Il était situé au centre-ville de Fort-de-France à l’emplacement du centre commercial Perrinon.  

 

Claire-Logis : le Claire-Logis était un orphelinat de la Martinique. Il était situé à La Tracée sur le territoire de la commune du Gros-Morne. Le Claire-Logis a fermé définitivement fermé ses portes en 1987 après avoir accueillit de nombreux  enfants en difficultés.

 

Cœur Bouliki : Cœur Bouliki est un site touristique de la Martinique. Il est situé à Saint-Joseph en Martinique. Réf. Le site de Cœur Bouliki à Saint-Joseph en Martinique.  

 

Courir le vidé : courir le vidé est un expression Martiniquaise qui  signifie participer aux parades du carnaval. Ex : Kawolin kay kouwi vidé san manman san papa. Caroline va courir le vidé sans sa mère et son père. Réf. Vous pouvez lire l’histoire cliquez !

 

Compère Lapin ou konpè Lapen : est un personnage des contes créoles de la Martinique appelés tim-tim bwa sèk. Le personnage de Compère Lapin a la particularité de se sortir de toutes les situations possibles et inimaginables en faisant preuve de ruse.  Compère lapin est aussi un nom utilisé pour désigner les personnes qui cherchent à tromper les autres pour arriver à leur fin.

 

Dansé kasé : dansé kasé était une façon de danser le ZOUK dans les années 80. Cette manière de danser consistait à faire un déhanchement très puissant de façon à laisser tomber tous le poids de son corps au niveau de ses cotes. Le partenaire et la partenaire qui dansaient en couple se devaient de supporter à tour de rôle le poids de l’un et de l’autre. Ex : David épi Katia téka dansé kasé. David et Katia dansaient casé.   

 

Daddy Harry, Don Miguel, Frédérique Aratus : ont été les pionniers de la dancehall (raggamuffin à l’époque) en Martinique. Ils ont chanté sur l’album intitulé l’Automatique. C’est à la fin de l’année 1991 que la musique raggamuffin se fait entendre sur les ondes pour la première fois en Martinique. Deux chansons tournent en boucle sur les radios de l’époque ; « bay chabon » et « l’automatique » interprétée par Daddy Harry et Don Miguel. Puis très vite d’autres chanteurs de raggamuffin vont faire leur apparition sur les ondes. La Martinique est séduite par ce genre musical lancé par les trois chanteurs Daddy Harry, Don Miguel et Frédérique Aratus. Dès lors ce style ne va plus quitter le pays. Malheureusement, Daddy Harry quitte ce monde prématurément à l’âge de 43 ans en 2013.

 

Daddy Yod : est un célèbre chanteur Guadeloupéen de raggamuffin des années 90. Daddy Yod a marqué la scène raggamuffin de cette  époque avec des titres comme «  faut pas taper la doudou », « l’armée » ou l’incontournable « delbor ». Des tubes qui ont marqué la jeunesse des années 90.

Annonce pro : Editer vos biographies d'artistes et articles de promotion artistique, cuturelles sur Lucide Sapiens. Et soyez vu de tout le monde. Voir conditions.★★★★  

 

Délivrance : la délivrance était un jeu que les écoliers de la Martinique pratiquaient dans les 80-90. Il s’agissait de former deux groupes. Un groupe devait attraper les membres de l’autre groupe. Dans le cas où les membres de votre groupe avaient été fait prisonniesr, vous pouviez les délivrer si vous parveniez à les toucher. C’était un jeu très physique et permettait de faire beaucoup de sport en même temps. Il fallait beaucoup courir et faire preuve de stratégie pour attraper ou éviter de se faire attraper. Ex : Milèn épi Sandra téka jwé délivrans lékol lè yo té piti. Mylène et Sandra jouaient à délivrance à l’école quand elle était petite.

 

Débi de la réji : débi de la régie était le nom donné au bar en Martinique.

 

Dorlis : le dorlis est une personnage des croyances et légendes populaires de la Martinique. Il s’agit d’un personne qui se rend invisible et entre chez vous ; La particularité du dorlis c’est de rentrer chez les gens par le trou de la serrure ou en passant sous la porte pour avoir des rapports sexuels avec les personnes durant leur sommeil.  Ex : Misié Piè sé an vié dorlis. Mr Pierre est un vieux dorlis. Réf. : Le dorlis personnages des croyances et légendes  

 

Doudou : mot qui signifie mon/ma chéri (e) Ex : Jistin sé doudou Sizan. Justin est le chéri de Suzan. 

 

Djabless ou diablesse : est une croyances et légende populaire de la Martinique. Selon la légende, la djabless ou diablesse est une très belle femme qui possède une jambe de cheval. Elle séduit les hommes qui se laissent envoûter, la diablesse les emmène dans les champs de cannes à sucre ou les bois pour les tuer et sucer le sang de ses victimes. 

 

Gogo : gogo était le terme utilisé en Martinique pour désigner le « rap ». Au début des années 90, le mot « rap » n’était pas encore entré dans le langage Martiniquais. On ne parlait pas de musique rap ou de danser le rap  mais on parlait de danser GOGO ou chanter GOGO.  Le mot rap est définitivement entré dans le langage Martiniquais que des années plus tard. Ex : Frédérik sa dansé gogo. Frédéric sait danser gogo.  Aujourd’hui on dirait : Frédéric sait danser le rap.

 

Grand Méchant Zouk ou GMZ : le Grand Méchant Zouk ou GMZ est un grand concert créé par Kassav. Le premier concert du GMZ a été fait en 1989. L’objectif du Grand Méchant Zouk est de rassembler un grand nombre d’artiste Antillais ou Africain sur une même scène.

 

Grajé : le grajé est une musique traditionnelle de la Guyane.

 

Hugo : Hugo est le nom donné à un cyclone très violent qui a dévasté la Guadeloupe en septembre 1989.

 

Kassav : Kassav est un groupe de musique originaire de la Martinique et de la Guadeloupe. Le groupe est le créateur du style musical appelé zouk. Kassav a été fondé à la fin des années 70 par Jacob François Desvarieux et les frères Pierre-Edouard Décimus et Georges Décimus. Le nom Kassav est un mot Amérindien qui veut dire galette de manioc. La kassav est une galette de manioc. 

 

Kôn lanbi ou conque de lambi : La conque de lambi ou kôn lanbi en créole Martiniquais est un gros coquillage. La conque de lambi était utilisée comme moyen de communication par les Améridiens de la Caraïbe. Réf : La fresque des Amérindiens… La kôn lanbi ou conque de lambi était aussi utilisée par les Martiniquais dans le passé pour annoncer les décès dans les campagnes. Aujourd’hui, la conque de lambi est principalement utilisée comme objet de décoration ou comme instrument de musique.

 

Kouli : kouli est un mot utilisé en Martinique pour désigner les descendants des premiers Indiens arrivés en Martinique après l’abolition de l’esclavage. Contrairement à la Guadeloupe, l’utilisation du terme Kouli n’est pas péjoratif à  la Martinique. Les koulis sont très nombreux dans le nord de la Martinique. Ex : Pierre est un kouli et habite à Macouba.  Réf : Kouli ou Indien que devons nous dire ?

 

Kolé-séré : est le titre d’une célèbre chanson de Kassav. Mais c’est avant tout une expression créole qui veut dire séré l’un contre l’autre. On dit souvent danser kolé-séré. Ex : David épi Véwonik ka dansé kolé-séré. David et Véronique danse l’un contre l’autre.  

 

La manman glo : la manman glo ou dlo est un personnage des croyances et légendes populaires de la Martinique. La manman glo de la Martinique est l’équivalent de la sirène en Europe. La particularité de la manman glo c’est de vivre dans les rivières et non dans la mer. C’est une naïade, une divinité de l’eau douce. Ref : La manman glo personnage des croyances 

 

La main noire ou lanmen nwè : est une légende urbaine de la Martinique. Certaines personnes affirmaient avoir vu une main noire sans aucun corps qui circulaient partout dans le pays.

 

Lapia : le nom lapia désigne les poissons d’eaux douces en Martinique.

 

La Tracée : la Tracée est un quartier de Martinique.  Il y a Tracée Trinité et Tracée Gros-Morne. Le Claire-Logis qui était un orphelinat se trouvait à La Tracée. Réf. : photo

 

Le Majestic : le majestic était le cinéma de la commune du Gros-Morne en Martinique. Il a définitivement fermé ses portes dans les années 80. A sa place se trouve aujourd’hui un supermarché.

 

Loulou Boislaville : Louis Boislaville dit Loulou Boislaville était un chanteur, compositeur, interprète, acteur...Martiniquais décédé en 2001. Loulou Boislaville est aussi connu pour être le fondateur du Grand Ballet de la Martinique. Réf voir : Biographie de Loulou Boislaville….

 

Les Léopards : les léopards était un célèbre groupe de musique Martiniquais des années 70. Le groupe était originaire de Saint-Pierre. L’un des fondateurs de l’orchestre les Léopards était Max Ransay dit Tonton Max. Réf. Max Ransay artiste-chanteur de Martinique

 

Le Mô Club Mô : le mô club mô était une manifestation culturelle Martiniquaise des années 90. Le mô club mô avait été créé par  l’animateur Maurice Euloga. La manifestation se déroulait le mercredi après-midi sous le Forum Frantz-Fanon de la Savane. Elle a permis à de nombreux jeunes de l’époque de s’illustrer dans le domaine de la musique, des arts du spectacle. Le mô club mô a marqué toute une génération de jeunes Martiniquais.   

 

L’homme sans tête : l’homme sans tête est une légende urbaine qui a marqué la Martinique durant les années 50. Certaines personnes ont affirmé avoir vu un homme sans têtes qui se baladait dans les rues. La nouvelle s’est très vite répandue dans le pays et a créé une psychose collective. De cette légende, l’artiste Martiniquais Loulou Boislaville a fait une chanson.     

 

Matador : on appelait matador les femmes qui étaient réputées être des séductrices. Des femmes aux mœurs légères qui se faisaient entretenir par des hommes financièrement aisés. Les femmes matadors étaient surtout connues à Saint-Pierre avant l’éruption de la Montagne-Pelée en 1902.

 

Marianne lapô fig : les Marianne lapô fig est un type de costume de carnaval Martiniquais. Il est essentiellement fait de feuille de sèches de bananier.

 

Maurice Euloga : était un célèbre animateur télé de la Martinique. Il est surtout connu pour avoir créé  le Mô Club Mô au début des années 90.   

 

Manoir : le Manoir  était un célèbre dancing de la Martinique. De nombreux musiciens Martiniquais ont fait leurs premiers pas de musiciens au Manoir.

 

Makrel : une makrel est un mot créole qui désigne une femme qui ne cesse de se mêler ou de surveiller la vie des autres. Traiter une personne de makrel est péjoratif. Ex : Sophie sé an makrel fini. Sophie est une fille curieuse, elle se mêle beaucoup de ce qui ne la regarde pas.

 

Makrélaj : le fait de s’occuper des affaires d’autrui. Ex : Caroline kafè makrélaj. Caroline fait du makrélaj (elle surveille, se mêle de la vie des autres.) 

 

Mennen vini : un mennen vini est une potion, une préparation spéciale destinée à envoûter ou attirer une personne. Certaines marchandes font un mennen vini pour attirer les clients. Ex : Man Jak kafè an mennen vini pou-i pésa vann machandiz li-a. Madame Jacques fait un « mennen vini » afin d’attirer la clientèles et vendre sa marchandise.

 

Annonce : Comment parler le créole Martiniquais ? Apprenez les bases de la langue créole Martiniquaise en moins de 7 jours.★★★★  

Métal Sound : était un groupe de raggamuffin des années 90. Le groupe Métal Sound a connu le succès dès son premier album avec le titre « jenn fi ou dous » sorti en 1992. Mais c’est aussi tout l’album qui a été apprécié avec des titres comme Madinina ou Prézervatif…  Un raggamuffin très local qui a même bercé les lèvres de ceux qui disaient ne pas aimer ce style de musique jugée porteur de violence à l’époque. Le leader vocal du groupe était Skanky.

 

 

Météorz : météorz était un groupe de musique des années 80 originaire de la Guadeloupe. Le groupe a marqué le zouk des années 80 avec un style et un son unique. Beaucoup des chansons du groupe ont marqué l’univers musical des Antilles mais le titre phare du groupe reste le titre « lésé mwen zouké ».

 

Monnervillistes : les Monnervillistes est un groupe de carnaval Martiniquais qui s’est formé au début des années 2000. Le groupe a été formé par des habitants du quartier Morne Monnerville à Schoelcher. Les Monnervillistes est groupe de carnaval qui chante exclusivement des chansons avec des paroles au-dessous de la ceinture. En Martinique nous dirons  des chansons malévées. Il a aussi la particularité de brandir une pancarte jaune fait maison que l’on voit a chaque carnaval de la Martinique. Le groupe de carnaval les Monnervillistes est le groupe de carnaval le plus libre de ces dix dernières années.  

 

Nèg Gwo Siwo : les nèg gwo siwo sont les carnavaliers qui se couvrent d’un substances noires appelées siwo batterie en guise de costume. Réf. Voir Galerie photos carnaval Martinique. 

 

Olympia : l’Olympia était un célèbre cinéma de la Martinique qui a fermé ses portes au début des années 2000. Le cinéma Olympia était situé en face de la savane de Fort-de-France. Il disposait de 2 salles. Une grande salle et une plus petite.

 

Opération 78 : Opération 78 est le titre d’un album réalisé par le chanteur Martiniquais Simon Jurad. Un album sur lequel on retrouve Jean-Philippe Marthély.   

 

Papa Djab ou diable rouge : est un costume de carnaval Martiniquais. Les diables rouges portent de gros masques ornés de miroirs et de cornes qui symbolisent l’abondance. Réf. 

 

Pas piqué ou pa pitché : un pas piqué se fait quand on danse la mazouk ou mazurka. Un pas piqué est un temps mort où le cavalier et la cavalière doivent mutuellement pointer leurs pieds droit vers le sol pour marquer ce temps d’arrêt très court.

 

Palé pani sézon : palé pani sézon était une émission radio présentée par le chansonnier Martiniquais Maurice Alcindor. Elle était diffusée sur la radio publique Martinique 1ere  entre les débuts des années 80 jusqu’en 2010.

L’émission qui se déroulait toujours sous une forme humoristique recevait    

 

Perfecta : la Perfecta est un groupe de musique de la Martinique qui a beaucoup marqué les années 70 et le début des années 80.

 

Plastic Système Band : Plastic système Band ou PSB est un groupe de carnaval de la Martinique.

 

Poto-mitan : le nom poto-mitan est utilisé pour qualifier une personne qui joue un rôle centrale, un rôle de pilier au sein d’un système.Ex : Ti-Sonson sé an poto-mitan kilti Matinik. Ti-Sonson est un poto-mitan dans la valorisation de la culture Martiniquaise.

 

Radjo bwa patat : radjo bwa patat ou radio bois patate est la traduction créole et l’équivalent du téléphone Arabe.  

 

Raggazine : raggazine était une émission culturelle Martiniquaise des années 90. L’émission télévisée raggazine était principalement dédié à la musique raggamuffin.  Elle était diffusée sur la chaine de télévision ATV le mercredi après midi et permettait au DJ toaster de s’exprimer à la télévision. Rodrique Romuald était le présentateur vedette de cette émission qui a eu un énorme succès. Réf  article : Raggazine émission culturelle des années 90

 

Raggamuffin : raggamuffin était le terme utilisé au début des années 90 pour parler de la dancehall. Le mot dancehall est entré dans le vocabulaire Martiniquais au début des années 2000. Ex : David aime le raggamuffin. Aujourd’hui on dirait ; David aime la dancehall.

 

Rêve Kréol : rêve créole était un concours de chant créé par la groupe Kassav dans les années 80. L’objectif du concours rêve créole était de mettre en lumière de nouveaux talents musicaux. C’est ainsi que le concours rêve créole a révélé le chanteur Pascal Valot, la chanteuse Tatiana Miath et Natacha.

Annonce pro : Achetez les droits d’exploitation des photographies, vidéos et articles du site Lucide Sapiens pour vos réalisations. Voir conditions. ★★★★

Nèg Gwo Siwo : les nèg gwo siwo sont les carnavaliers qui se couvrent d’un substances noires appelées siwo batterie en guise de costume. Réf. 

 

Olympia : l’Olympia était un célèbre cinéma de la Martinique qui a fermé ses portes au début des années 2000. Le cinéma Olympia était situé en face de la savane de Fort-de-France. Il disposait de 2 salles. Une grande salle et une plus petite.

 

Opération 78 : Opération 78 est le titre d’un album réalisé par le chanteur Martiniquais Simon Jurad. Un album sur lequel on retrouve Jean-Philippe Marthély.   

 

Papa Djab ou diable rouge : est un costume de carnaval Martiniquais. Les diables rouges portent de gros masques ornés de miroirs et de cornes qui symbolisent l’abondance. Réf. 

 

Pas piqué ou pa pitché : un pas piqué se fait quand on danse la mazouk ou mazurka. Un pas piqué est un temps mort où le cavalier et la cavalière doivent mutuellement pointer leurs pieds droit vers le sol pour marquer ce temps d’arrêt très court.

 

Palé pani sézon : palé pani sézon était une émission radio présentée par le chansonnier Martiniquais Maurice Alcindor. Elle était diffusée sur la radio publique Martinique 1ere  entre les débuts des années 80 jusqu’en 2010. L’émission qui se déroulait toujours sous une forme humoristique recevait    

 

Perfecta : la Perfecta est un groupe de musique de la Martinique qui a beaucoup marqué les années 70 et le début des années 80.

 

Plastic Système Band : Plastic système Band ou PSB est un groupe de carnaval de la Martinique.

 

Poto-mitan : le nom poto-mitan est utilisé pour qualifier une personne qui joue un rôle centrale, un rôle de pilier au sein d’un système. Ex : Ti-Sonson sé an poto-mitan kilti Matinik. Ti-Sonson est un poto-mitan dans la valorisation de la culture Martiniquaise.

 

Radjo bwa patat : radjo bwa patat ou radio bois patate est la traduction créole et l’équivalent du téléphone Arabe.  

 

Raggazine : raggazine était une émission culturelle Martiniquaise des années 90. L’émission télévisée raggazine était principalement dédié à la musique raggamuffin.  Elle était diffusée sur la chaine de télévision ATV le mercredi après midi et permettait au DJ toaster de s’exprimer à la télévision. Rodrique Romuald était le présentateur vedette de cette émission qui a eu un énorme succès. Réf  article : Raggazine émission culturelle des années 90

 

Raggamuffin : raggamuffin était le terme utilisé au début des années 90 pour parler de la dancehall. Le mot dancehall est entré dans le vocabulaire Martiniquais au début des années 2000. Ex : David aime le raggamuffin. Aujourd’hui on dirait ; David aime la dancehall.

 

Rêve Kréol : rêve créole était un concours de chant créé par la groupe Kassav dans les années 80. L’objectif du concours rêve créole était de mettre en lumière de nouveaux talents musicaux. C’est ainsi que le concours rêve créole a révélé le chanteur Pascal Valot, la chanteuse Tatiana Miath et Natacha.

 

Sèbi : le sèbi ou serbi est un jeu de la Martinique. Il est principalement joué lors des fêtes patronales dans les communes.

 

Starion : le Starion était une boîte de nuit de la Martinique. Elle était située sur l’avenue Maurice Bishop à Fort-de-France. Après sa fermeture, le bâtiment a été démolit pour laisser place au tracée du TCSP.

 

Soukougnan : un soukougnan est une créature maléfique des croyances et légendes populaires de la Guadeloupe.

 

Taxi-Kréol : taxi-kréol est un groupe de musique de la Martinique.

 

Tanbou Bô Kannal : Tanbou bô kannal est un groupe de musique de carnaval de la Martinique. Le groupe a été créé au milieu des années 70 par Victor Trèfle.

 

Tanbou débonda : le tanbou débonda ou tambour à deux fesses est un type de tambour à deux peaux.

 

Tchip : le tchip est une onomatopée propre au population d’origine Africaine. Tchipper consister à ouvrir légèrement les lèvres tout en serrant les dents et le palais ce qui génère un son que l’on nomme un tchip.  Le tchip se fait naturellement pour montrer son agacement ou son désaccord face à une situation gênante ou embarrassante. Réf voir : Vidéo youtube

 

 Trampaj : un trampaj est un plat Martiniquais composé de fruit de mer, d’une sauce spéciale et de pain. Le trampaj se mange en collectivité et présenté sur des feuilles de bananier.

 

Trénelle : Trénelle est un quartier populaire de Fort-de-France. Situé sur un grand morne, le quartier  a été construit dans les années 50 avec l’arrivée massive de familles qui venaient s’installer à la ville pour travailler et envoyer leurs enfants à l’école.

 

Ti-Emile : était un chanteur de musique traditionnelle Martiniquais. Ti-Émile est décédé à la fin des années 80. Il a laissé un très riche patrimoine musical. 

 

Terpsichora : le Terpsichora était un célèbre dancing de la Martinique dans les années 50 à 70.  

 

Top 50 : le Top 50 était une boîte de nuit de la Martinique. Elle était située à Trinité à la zone du bac.

 

Ti-Sonson : Ti-Sonson est un terme qui désigne le monsieur tout le monde de la Martinique. Ti-Sonson est l’équivalent de Mr Dupont en France.

 

Tim-Tim bwa sèk : tim-tim bwa sèk est le nom donné aux histoires, contes et légendes de la Martinique et de la Guadeloupe. Les tim-tim bwa sèk sont destinés à véhiculer la culture, le savoir ancestrale ainsi qu’une certain éducation par le biais de l’oralité. On retrouve souvent Ti-Sonson, compère Lapin, compère Zanba, compère Tigre, la diablesse….au sein des Tim-Tim bwa sèk.  Réf. Les beaux contes créole de la Martinique et de la Caraïbe.  

 

Annonce pro : Editer vos biographies et articles sur Lucide Sapiens Martinique et soyez vu, entendu par tous. ✭✭✭✭  

 

Ti-bwa : un ti-bwa est un instrument de musique antillais.  Le ti-bwa est composé d’un morceau de bambou sur lequel on frappe à l’aide de deux baguettes de bois.  

 

Touloulou : le Touloulou est costume de carnaval originaire de la Martinique. Le costume de Touloulou est aussi porté en Guyane. La particularité du costume des Touloulou est de recouvrir le corps de la tête aux pieds. Il est impossible qui se cache sous le costume d’une Touloulou. Le costume de Touloulou est seulement porté par les femmes.

 

Annonce : Achetez la toile Touloulou sur la boutique en ligne Lucide Sapiens. Et mettez des valeurs culturelles dans votre demeure.★★★★  

 

Vaval : le vaval est  la marionnette, la mascotte qui symbolise le roi du carnaval de la Martinique. La particularité du Vaval c’est qu’il prend une forme différente chaque année, à chaque carnaval en fonction de l’actualité.

 

Zambla : était un grand combattant de damier Martiniquais. On le dit avoir de nombreuses victoires à son actif.

 

Zaza : Zaza est une artiste, une chanteuse populaire de la Martinique. Elle s’est fait connaître au début des années 80 avec ses chansons de carnaval  accompagnées de ses déhanchements très avant-gardiste pour l’époque.

 

Zipp’s : le zipp’s était une célèbre boîte de nuit des années 80-90 en Martinique. Mais Zipp’s c’est aussi une histoire populaire qui a marqué la Martinique. La légende dit qu’un monstre, un anti-christ se serait échappé de la boîte de nuit du même nom. A l’instar de l’homme sans tête ou de la main noire, cette légende urbaine a marqué le début les années 90.

 

Zouk : le zouk est une musique populaire originaire de la Martinique et de la Guadeloupe. Elle a été fondée au milieu des années 70 par le groupe Kassav.

Avec un peu plus d’une trentaine d’année d’existence, le zouk est une musique relativement jeune qui prend de l’ampleur dans le monde.  Le terme « zouké » veut aussi dire aller danser.  Il désigne également une fête, une soirée dansante. Réf.

 

Annonce : Soyez original ! Mettez un mode de vie Afro-Antillais chez-vous. Achetez le mug  ZOUK sur la boutique Lucide Sapiens ★★★★ 

 

Zoukeur : un zoukeur est un homme qui aime la musique zouk ou qui chante la musique zouk. 

 

Zoukeuse : une zoukeuse est une femme qui aime la musique zouk ou qui est une chanteuse de musique zouk.

 

Zouk ballade : était un groupe de musique des années 80. Il a laissé une grande empreinte dans la musique Antillaise. C’est la chanson titrée « kouté tjè mwen palé » sortie en 1991 qui avait révélé le groupe.

 

Zouk béton : le zouk béton est un style de zouk à la cadence très rapide. Le zouk béton est surtout joué durant le carnaval.

 

Zouk-Love : le zouk-love est un style de zouk qui parle essentiellement d’amour. Le zouk-love est très posé contrairement au zouk béton plus rapide et il se danse généralement en couple.

 

Zouk bouteille ou Zouk boutéy : un zouk bouteille était une soirée ou vous deviez amener une boisson pour entrer et participer. Les zouks bouteilles se faisaient dans les années 80 jusqu’au milieu des années 90. Ils ont commencé à disparaître à la fin des années 90 pour ne plus exister.

 

Zouk machine : zouk machine est un groupe de musique de la Guadeloupe. A l’origine, le groupe zouk machine était composé de Joëlle Ursule, Dominique Zorobabel, Christiane Obydol. C’est après le départ de Joëlle Ursule que la chanteuse Jane Fostin a intégré le groupe. En 1989, le groupe Zouk Machine produit par Henri DEBS a connu un énorme succès en France avec le titre « MALDON ».  

 

Annonce pro : Achetez les droits d'exploitation des articles, photos et vidéos de ce site pour vos travaux. Voir conditions.★★★★

 

Zioum : est le titre d’une chanson de carnaval de l’artiste Martiniquais Jean-Philippe Marthély. Une chanson qui a marqué le carnaval 1985. Zioum est aujourd’hui un classique de la musique Afro-Antillais. Ref : voir article La chanson Zioum de Jean-Philippe Marthély.

 

Mèsi an chay ! Au revoir ! An lót soley !

 

 

© Texte et responsable d'édition : David Gagner-Albert 

N° Siret : 504738345RM972

☎ lucidesapiens@rocketmail.com

Tag(s) : #Actualité culturelle de Martinique

Partager cet article

Repost 1