Lucide Sapiens Martinique

➀ Natacha V. et le ronmiĂ© de Fort-de-France, histoire d'amour Antillaise

➤ Natacha V. et le ronmié de Fort-de-France, histoire d'amour Antillaise

Actualité littéraire Martinique | Edité le 5 mai 2015 | article précédent | Proposition Cciale

 

Attention : L’histoire que vous allez lire et Ă©couter s’est rĂ©ellement passĂ©es il y a quelques annĂ©es. J’ai volontairement gardĂ© l’anonymat des personnages principaux afin que leurs intimitĂ©s soient protĂ©gĂ©es.

RĂ©cit : Natacha V. et le wonmiĂ© de Fort-de-France

by David Gagner-Albert 

➀ Natacha V. est une femme Martiniquaise. Une sacrĂ©e belle NĂšgresse comme on dit au pays, pĂ©yi. Natacha est une sorte de kalalou, une soupe bien CaribĂ©enne.  Et pour cause, elle est lĂ©lĂ©, mĂ©langĂ©e Ă  de la chabine, kouli, mulĂątresse, kapresse, toutes ces femmes en mĂȘme temps. Un lundi bon matin du 8 janvier 2007  alors qu’elle se rendait Ă  son travail, Natacha V. Ă©tait en train de marcher dans une rue de Fort-de-France.

 

➀ Souvenez-vous, Natacha V. est une belle femme Afro-Antillaise et tous les z’hommes de la Martinique la trouvent « sublime Â» comme le dit la chanson de ZOUK que vous connaissez. « Sublim manka trouvĂ©w sublim
sĂ© pou mwen ou joli
ect Â» Et chaque fois qu’elle marche avec ses talons aiguilles de 5 cm de hauteurs surmontĂ© de sa robe moulante qui dĂ©voile toutes les formes de son corps, vous pouvez clairement voir et ressentir ses hanches bouger de droite Ă  gauche et de haut en bas  au grĂšs de sa sensualitĂ©.

 

➀ Je n’ose mĂȘme pas vous dire ce qui se passe dans le pantalon des messieurs qui la regardent passer dans la rue Ă  ces moments lĂ .

 

➀ Les makrels et les femmes jalouses de la Martinique disent qu’elle fait du mitaw mita mwen, mitaw mita mwen
.Un coup pour toi, un coup moi, un coup pour toi, un coup pour  moi
 Chaque coup de rein  qu’elle donne, est comme une invitation Ă  danser un zouk-love sur un carreau. Vous voyez.

 

Continuons


 

➀ Natacha V. Ă©tait en train de passer en face d’un bar de la Croix-Mission Ă  Fort-de-France. Elle passait tranquillement devant ce bar qui Ă©tait remplit avec des wonmiĂ©s (les wonmiĂ©s sont des buveurs d’alcool qu’aucun alcooltest ne rĂ©ussira Ă  mesurer le taux d’alcoolĂ©mie).

 

➀ Naturellement, la beautĂ© et la sensualitĂ© de Natacha n’avaient pas Ă©chappĂ© Ă  l’un des wonmiĂ©s prĂ©sent Ă  une table du bar depuis 7 heures du matin. Le ronmiĂ© n’avait pas fait ni une ni deux.  L’homme Ă©tait restĂ© assis Ă  sa table et tout en sirotant son punch, il s’était mis Ă  faire une chose qui est bien Martiniquaise. Vous n’allez jamais imaginer ce que cet ivrogne avait fait Ă  Natacha. Vous pouvez !  TrĂšs bien.

 

Continuons


 

➀ Brusquement, la jeune femme avait entendu un son Ă©trange surgir au beau mitan de son passage. Non, ce n’était pas Ti-Sonson qui lui avait donnĂ© un coup de klaxon avec sa vieille bwadjak. Mais plutĂŽt un son comme un serpent qui sifflait ou un tuyau d’arrosage que l’on aurait pressĂ©. Vous voyez !

 

- Psiiiiiiiit ! Psiiiiiiiit ! Psiiiiiiiit ! Psiiiiiiiit ! Psiiiiiiiit ! Psiiiiiiiit☚ !

 

➀ Bon Dieu Seigneur la Sainte-Vierge Marie ! Avait immĂ©diatement pensĂ© Natacha. Allait-il l’attaquer, la mordre ou la manger ? La femme avait eu envie de courir. De s’enfuir comme une mangouste.

 

➀ Mais souvenez-vous. Natacha portait des talons aiguilles de 5 cm environs. Patat sa pito ! Mince alors ! Et de plus, sa robe cintrĂ©e, senntrĂ© qui dĂ©voilait toutes ses formes risquerait de se
 Je prĂ©fĂšre vous laisser une fois de plus imaginer la suite afin que l’on ne dise pas que c’est moi qui ai dit. i patĂ© pĂ© alĂ© pyĂšs kotĂ© !

 

➀ Natacha emprisonnĂ©e dans ses habits ne pouvait pas s’échapper. Mais elle savait qu’elle Ă©tait belle. Et c’était la son pĂȘchĂ©. Aussi belle que ces diablesses qui peuplent les lĂ©gendes et croyances populaires de la Martinique. Tous les z’hommes du pays Ă©taient prĂȘts Ă  la zayĂ©, sĂ©duire. Sans parler de tous ces dorlis qui la dĂ©voraient des yeux la journĂ©e et prenaient un malin plaisir Ă  la visiter le soir durant son sommeil. Elle Ă©tait si charmante que l’on disait que la voir passer, c’était comme du sucre saucĂ© dans du miel.☚

 

➀ Bien entendu, en femme ayant du succĂšs, Natacha V. faisait des choix stricts au niveau de ses partenaires. Elle avait toujours pensĂ© que la terre ne la portait pas. LatĂš patĂ© ka pĂŽtĂ©w ! Et ce n’était surtout pas un vulgaire wonmiĂ© de Fort-de-France qui allait la faire changer d’avis.  Alors elle s’était brusquement arrĂȘtĂ©e au risque de faire exploser ses talons aiguilles d’une hauteur de 5 cm et de prendre un sĂŽ, faire une grave chute.

 

➀ Kroooook
Natacha avait entendu ses chaussures balayer le trottoir de Fort-de-France. Vous entendez. Ensuite, elle avait pris sa tĂȘte. Elle l’avait redressĂ©e. Elle avait pris sa bouche. Elle avait longĂ© sa bouche de plusieurs centimĂštres, comme savent le faire les femmes z’Afro-Antillaise pour montrer leurs dĂ©saccords.

 

➀ La bouche de Natacha Ă©tait allongĂ©e la longueur de ça. AprĂšs quoi, elle s’était retournĂ©e Ă  la maniĂšre d’un mannequin dans un pub de l’OrĂ©al (sans faire de pub, le responsable du site ne sera pas content). Et Ă  ce moment lĂ , les yeux de Natacha Ă©taient tombĂ©s dans les yeux du wonmiĂ© qui l’avait psitĂ©L’homme Ă©tait en train de la regarder et lui avait lancĂ© avait tout son cƓur.

 

- Doudou chĂ©ri, cocotte lanmou tu es si belle ! J’aimerai t’avoir pour moi tout seul !

 

➀ En bonne femme Martiniquaise, Natacha l’avait fixĂ© d’un air arrogant avec son visage froissĂ© comme une feuille de bananier. Elle avait fait comme si du bois s’était cassĂ© dans ses z’oreilles. Et lui avait quand mĂȘme rĂ©pondu par un tchiiiip pour rĂ©ponse. Vous voyez !

 

➀ Finalement, arrivĂ©e plus loin, Natacha avait repris son chemin avec un beau sourire. Elle s’était dite que ce n’était pas bien mĂ©chant. IntĂ©rieurement, ce psit du wonmiĂ© l’avait rendu encore plus fiĂšre de sa personne. Elle Ă©tait remplie de joie comme un baule de toloman.

 

➀ Natacha avait Ă©tĂ© contente de savoir que malgrĂ© sa quarantaine bien affirmĂ©e, et ses petites rides naissantes qu’elle tentait de cacher avec des cosmĂ©tiques dont je tairai la marque de peur de faire de la publicitĂ© ;  qu’elle avait bien encore beaucoup du charme Ă  revendre.

 

➀ AprĂšs tout comme dit le proverbe crĂ©ole « Matado paka mĂŽ Ă©pi bonda Â», entendez par lĂ  qu’aucune belle femme n’emporte son beau cul au paradis.

 

➀ Quelques mois aprĂšs cet Ă©pisode, Natacha V. Ă©tait allĂ©e dans un midi-minuit Ă  TrinitĂ© au quartier TracĂ©e. Et elle Ă©tait tombĂ©e nez Ă  nez avec le wonmiĂ© qui l’avait psitĂ© 9 mois auparavant. Mais ce n’était plus un ronmiĂ© qu’elle avait en face d’elle. L’homme Ă©tait totalement changĂ©. Il s’était tournĂ©, transformĂ© en Prince Charmant comme Ă  la tĂ©lĂ© ou sur internet


 

➀ L’homme qui ne l’avait pas reconnu, lui avait demandĂ© Ă  danser. Il ne buvait plus une goĂ»te d’alcool. L’ex-wonmiĂ© n’avait bu que de l’eau de coco durant tout la durĂ©e de la manifestation. Il avait tenu Natacha V. dans ses bras l’avait entrainĂ©e sur la piste de danse pour danser sur un zouk-love de GILLES FLORO.

 

➀ L’homme lui avait susurrĂ© quelques mots doux Ă  l’oreille et c’est Ă  ce moment prĂ©cis que leur histoire d’amour avait dĂ©butĂ©. Natacha n’avait jamais connu un tel bonheur dans sa vie.  

 

➀ L’homme qui en rĂ©alitĂ© s’appelait David B. l’avait demandĂ© en mariage 6 mois plus tard.  A ce jour Natacha V. et David  B. ont deux beaux z’enfants et vivent des jours heureux dans le beau quartier de Cluny Ă  Fort-de-France. 

 

Les mots de l'auteur :

TrĂšs bien,  je vous remercie pour l'intĂ©rĂȘt que vous avez accordĂ© Ă  cette histoire vĂ©ridique. Cette petite histoire nous montre clairement que nous ne savons pas de quoi  sera fait demain. Mais le point fort selon moi, c'est qu'il ne faut pas juger les autres par leurs apparences. DerriĂšre un crapaud il peut se cacher un Prince Ă  la manniĂšre de ces contes dont l'animal hideux se transforme en Prince Ă  la fin. Vous voyez ! DĂ©sormais la prochaine fois que vous croiserez un wonmiĂ© vous aurez un autre regard sur lui. Peut ĂȘtre mĂȘme que vous allez lui tendre la main, lui manifester plus d'amour afin qu'il sorte de son Ă©tat.

En chacun de nous se trouve une Natacha V. et un David B. ☚ 

VoilĂ , j'espĂšre vous avoir Ă©clairĂ© comme ces bĂȘtes Ă  feux (lucioles) qui illuminent les nuits de ma Martinique.  

An lĂłt soley ! Au revoir ! 

 

© 2015, Tous droits rĂ©servĂ©s. David Gagner-Albert pour Lucide Sapiens Martinique 

© Texte et publication : Mr David Gagner-Albert 

N° Siret : 504738345RM972

📞 lucidesapiens@rocketmail.com

Espace pro  |  Editer vos biographies |  Faites un Don  |  Boutique Lucide Sapiens  | La chaĂźne You Tube  | TĂ©lĂ©chargez votre musique | Contactez-moi |

CGU Conditions GĂ©nĂ©rales d’Utilisation du site ©

© Lucide Sapiens n° Siret : 504738345RM972

➤ Natacha V. et le ronmié de Fort-de-France, histoire d'amour Antillaise

Ls Ads

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article