Lucide Sapiens Martinique

🌏Le mot makoumù en Martinique, puissance verbale et faiblesse sexuelle

�Le mot makoumè en Martinique, puissance verbale et faiblesse sexuelle
📝 ActualitĂ© sociale Martinique | EditĂ© le 14 aoĂ»t 2015 |◀article prĂ©cĂ©dent | Proposition Cciale â–ș

 

Avant-propos

YĂ© krik ! YĂ© krak. 

Aujourd’hui,  je vous amĂšne Ă  dĂ©couvrir ou plutĂŽt mieux comprendre un mot qui suscite beaucoup de polĂ©mique en Martinique. Je tiens d’abord Ă  dire que cet article est avant tout destinĂ© Ă  aider un maximum de personne Ă  travers le monde Ă  connaĂźtre le mode de pensĂ©e des Martiniquais voire des Antillais.

Je pense que la comprĂ©hension du peuple Martiniquais, l’acceptation de ses complexes et ses paradoxes sont des clĂ©s pour que nous ayons une plus grande reconnaissance Ă  l’échelle mondiale. SĂ© konsa nou yĂ© ! Nous devons faire les autres nous accepter en tant que peuple comme nous sommes. Avec nos dĂ©fauts, nos qualitĂ©s et notre mode de pensĂ©e. Je pense que nous devons nous amĂ©liorer mais Ă©viter Ă  tout prix de changer pour faire plaisir aux autres. Notre diffĂ©rence c’est notre force.  Vous voulez en savoir plus ! Suiv mwen ! Suivez moi ! Lisez moi du dĂ©but Ă  la fin.

 

DĂ©finition du mot  makoumĂš

➀ 1- Qu’est ce qu’un makoumĂš ? Saki an makoumĂš ?  

Le mot  « makoumĂš Â» ou « makoumĂšre Â»  est un mot crĂ©ole qui dĂ©signe un homosexuel homme. Un makoumĂš est un homosexuel. Tout simplement. Le mot makoumĂš est utilisĂ© pour parler de l’homosexualitĂ© masculine seulement. Il est trĂšs important de retenir que le nom commun « makoumĂš Â» n’a pas de genre fĂ©minin. Le mot makoumĂšz  n’existe pas.

 

Je ne sais pas pourquoi. Mais c’est peut ĂȘtre parce qu'originellement, l’homosexualitĂ© fĂ©minine n’existe pas dans la pensĂ©e crĂ©ole. Le terme makoumĂš est utilisĂ© aussi bien dans la langue française que dans la langue crĂ©ole Martiniquaise.

Ex : Édwa sĂ© an makoumĂš. = Edouard est un makoumĂš ou makoumĂšre (homosexuel).

 

➀ 2 -Usage du mot makoumĂš en Martinique

Outre le fait que le mot makoumĂš signifie homosexuel homme en crĂ©ole, il peut faire l’objet de d’autres usages.

Parce exemple : il peut servir Ă  qualifier, souligner, mettre en avant les faiblesses, les incapacitĂ©s d’un homme.  Vous pouvez entendre l’un des protagonistes dire «  Ou sĂ© an makoumĂš Â» ; tu es un makoumĂš.

 

Cela ne veut pas dire que l’autre pense vraiment que vous ĂȘtes un homosexuel. Mais c’est une façon de vous humilier. Dans ce contexte lĂ , le mot makoumĂš prend le sens de « incapable Â», « looser Â», « faible Â».

 

Il est frĂ©quent en Martinique que les z’hommes se traitent de « makoumĂš Â» entre eux parce qu’ils ne sont pas d’accord sur un problĂšme commun ou sont en dĂ©saccord total.  Vous l’avez certainement dĂ©jĂ  entendu ? Mais ce n’est pas mĂ©chant ! Si jamais vous vous faites traiter de makoumĂš dans une rue de la Martinique.

En photo ci-dessous : le Vaval 2013 du carnaval  Ă©tait un couple de makoumĂšre. En raison de la Loi sur le mariage pour tous. 

⛔ Photo soumise aux droits d'auteur / Usage sur demande svp ! 

➀ 3- Les  injures et les rumeurs avec le mot « makoumĂš Â»

JouwĂ© en crĂ©ole, les injures avec le mot  « makoumĂš Â» sont trĂšs frĂ©quentes en Martinique.

Ex :

- Sakré makoumÚ = tu es un sacré pédé

- Ou sĂ© an makoumĂš = tu es un pĂ©dĂ©

- MakoumÚ ya = le pédé

- Ou sé an ti makoumÚ = tu es un petit pédé

- MakoumĂš tala = Ce pĂ©dĂ© lĂ  !

 

Les rumeurs de  pratique « makoumĂš Â» sont trĂšs frĂ©quentes en Martinique. C’est trĂšs souvent que des personnalitĂ©s du monde artistique, de la tĂ©lĂ© ou politique sont victimes de rumeurs d’ĂȘtre des « makoumĂš Â».

Je ne vais surtout pas m’éterniser sur ce point de peur que le rĂ©dacteur en chef de Lucide Sapiens Martinique ne me donne un avertissement.

 

➀ 4 – Le mot crĂ©ole makoumĂš est beaucoup plus puissant que le mot « pĂ©dĂ© Â» ou homosexuel en français

MakoumÚ > Pédé

Attention : Traiter un Martiniquais de makoumĂš est l’une des pires injures que vous pourriez lui faire. Vous risquez Ă©galement de vous attirez de gros gros z’ennuis si cela ne dĂ©gĂ©nĂšre pas
 Traiter un homme Martiniquais de makoumĂš, c’est lui enlever sa virilitĂ© total.  C’est comme si vous coupiez la barbe d’un musulman. C’est comme une castration psychique. Le mot makoumĂš a un effet paralysant, hypnotisant, humiliant
sur l’homme Martiniquais. Sa danjĂ©rĂ© ! C’est dangereux de traiter un Martiniquais de makoumĂš.

  

Si vous traitez un homme Martiniquais de makoumĂš, il risque de charger et de foncer voire vous dĂ©foncer comme un bƓuf Ă©chappĂ© de l’ancienne abattoir de la pointe Simon Ă  Fort-de-France. ( ABATOIR qui n’existe plus). C’est peut ĂȘtre normale ! Vous me direz. Je ne sais pas je vous laisse rĂ©flĂ©chir.

➀ 5 - Les femmes et le mot makoumĂš en Martinique 

Le mot makoumĂš est aussi utilisĂ© pour qualifier les z’hommes et les garçons qui sont effĂ©minĂ©s. Certains  z’hommes avec l’allure et les maniĂšres de jeunes filles. Vous voyez ! ZĂłt ka wĂš ! Mais il y a un point trĂšs important que je veux souligner dans cette partie. C’est la femme qui traite l’homme de makoumĂš, c’est encore plus dangereux.

 

Une femme qui traite un homme Martiniquais de makoumĂš a quasi signĂ© son arrĂȘt de mort.  Et oui ! Mesdames. Evitez Ă  tout prix de dire cela Ă  homme.

 

➀ 6-Pourquoi  une femme ne doit absolument pas traiter un homme de makoumĂš ?

Il important que toutes femmes comprennent que le mot makoumĂš met en lumiĂšre toutes les faiblesse d’un homme et surtout sa partie fĂ©minine.

Cette partie fĂ©minine que beaucoup d’hommes tentent d’étouffer de masquer. Mais que beaucoup d’hommes Martiniquais extĂ©riorisent durant le carnaval en se travestissant en femme.➀ C’est le paradoxe du mot « makoumĂš Â» en Martinique.


Les travestis du carnaval de la Martinique HD 1080 par LucideSapiens 

Une  femme qui injurie un homme en le traitant de makoumĂš fait plus fort qu’un homme. Elle le rabaisse plus bas que terre en touchant Ă  son intimitĂ©. C’est comme si elle lui disait «  tu serais INCAPABLE de me prendre au lit  comme un vrai homme Â» voire aussi bien qu'un dorlis. Je crois que les z’hommes Martiniquais sont 2 fois plus sensibles Ă  ce mot « makoumĂš Â» quant il provient de la bouche des femmes. N’avez-vous jamais remarquĂ© ça ? Pensent-elles vraiment que vous ĂȘtes un
 ? Je ne sais pas.  Je vous laisse observer.

 

➀ 7 - Etymologie du mot makoumĂš ou makoumĂšre

Etymologiquement, le mot makoumĂš provient d’un dĂ©formation du mot « ma commĂšre Â» en français. Mais je dirais qu’en plus il veut dire «  celui qui fait comme ma mĂšre Â».  Celui qui fait comme ma sƓur ou ma cousine.

 

 âž€ 8 - Proverbe crĂ©ole avec le mot makoumĂš                            

Adan an komin pani dĂ© mĂš, si ni dĂ© mĂš ni an makoumĂš. Traduction : Dans une commune il n’y pas deux maires. S’il y a deux maires c’est qu’il y a forcĂ©ment un makoumĂšre, un homosexuel, un effĂ©minĂ©.

 

➀ 9  â€“ Les chansons Martiniquaises cĂ©lĂšbrent avec le mot makoumĂš

 - Ziggy : du groupe de zouk Taxi CrĂ©ole. Une reprise carnavalesque de la chanson de CĂ©line Dion du mĂȘme nom.

Pani an bon moun yen ki makoumĂš kila : du chanteur Jean-Philippe MarthĂ©ly. Une chanson de carnaval sorti en 1997.

- Sen piĂš tĂ©ni dĂ© makoumĂš  = de Max Ransay dit Tonton Max

 

➀ Une  histoire qui s’est rĂ©ellement passĂ©e en Martinique

HomosexualitĂ© sur fond de makrĂ©laj au quartier Cluny Ă  Fort-de-France   

 

Ni yonn dĂ© lannĂ© di sa, il y a quelques annĂ©es de cela habitait dans le quartier bourgeois de Cluny Ă  Fort-de-France la famille CUn jour, Mme Françoise C enseignante de profession mais makrel finie, s’était aperçue que le fils de sa voisine Mme Z qui habitait Ă  deux pas de chez eux avait un petit copain.

 

Et oui, elle avait remarquĂ© que le jeune garçon prĂ©nommĂ© Fred Ă©tait makoumĂšre. Chaque fois que ce dernier arrivait tard le soir chez ses parents sur les coups des 23 heures ou minuit, Mme Françoise C Ă©tait toujours cachĂ©e derriĂšre son rideau noir pour surveiller chez sa voisine. Elle ne ratait absolument rien de tous ce qu’elle pouvait voir. Vous voyez !

 

Une nuit, elle avait vu le jeune garçon qu’elle traitait de « makoumĂš Â» avec beaucoup de sarcasme dans les bras d’un autre jeune homme.

A force qu’elle riait de ce qu’elle pouvait voir ce soir lĂ , Mme Françoise C avait roulĂ© par terre. Tellement qu’elle Ă©tait makrel, elle avait mĂȘme osĂ© rĂ©veiller son mari qui Ă©tait dĂ©jĂ  au lit ainsi que ses 3 filles et son fils afin qu’ils voient ce qu’elle Ă©tait en train de regarder.

AprĂšs avoir bien makrĂ©lĂ©, lorgnĂ© derriĂšre le rideau noir, ils avaient tous fait la fĂȘte avec ça. Ils s’étaient tous ensemble moquĂ©s de Fred le fils homosexuel de la voisine Mme Z.

 

- SĂ© an makoumù
SĂ© an makoumù
 Chantait Mme Françoise C Ă  longueur de journĂ©e quand elle corrigeait les copies de ses Ă©lĂšves du LycĂ©e Victor Schoelcher Ă  Fort-de-France.

 

Puis le temps avait passĂ©. Mme Françoise C avait fini par s’habituer Ă  l’homosexualitĂ© de son jeune voisin et entretenait de trĂšs bonnes relations avec lui.  De plus, ses enfants avaient tous quittĂ© le foyer pour faire des Ă©tudes lĂ -bas (en France) et elle s’était retrouvĂ©e toute seule dans sa grande maison de Cluny. Fred le jeune homosexuel lui rendait mĂȘme des petits services quand elle en avait besoin.

 

Un dimanche bon matin de la fĂȘte des mĂšres, sachant qu’elle Ă©tait seule, Fred le fils de la voisine Ă©tait venu lui rendre une petite visite comme il avait pris l’habitude de le faire. AussitĂŽt qu’il eĂ»t pĂ©nĂ©trĂ© dans la maison, le tĂ©lĂ©phone avait retenti.

 

- C’est certainement  une de mes filles qui me tĂ©lĂ©phone pour me souhaiter une bonne fĂȘte des mĂšres ! Elle lui avait dit.

Mme Françoise C avait décroché le téléphone avec hùte.

- Bonjour Manman !

Elle avait entendu la voix virile de son fils unique Jean-Marc au bout du fil. Jean-Marc faisait des Ă©tudes de droits en France pour ĂȘtre avocat. Elle s’était immĂ©diatement dit qu’elle n’allait pas lui dire que Fred le fils de la voisine Ă©tait Ă  la maison car cela n’allait peut ĂȘtre pas lui plaire.  Non content d’entendre son fils, elle avait passĂ© prĂšs d’une bonne trentaine de minute avec lui au tĂ©lĂ©phone quand soudain la voix de Jean-Marc avait changĂ©.

 

- Manman ! Y a t-il une personne avec toi en ce moment ? Lui avait demandĂ© son fils au tĂ©lĂ©phone.

Mme Françoise C hésitait à lui avouer que Fred son voisin homosexuel était avec elle.

- Non ! Non ! Mon fils.

La voix de Jean-Marc se faisait de plus en plus mystérieuse.

- Qu’est-ce qui ne va pas ? Lui avait demandĂ© sa mĂšre.

Un grand silence s’était installĂ© dans la conversation. Puis Jean-Marc avait continuĂ©.

- Maman, je voulais t’avouer que je suis homosexuel.

Jean-Marc le fils unique de Mme Françoise C venait d’avouer Ă  sa mĂšre qu’il Ă©tait makoumĂšre.

Ce jour lĂ , quand Mme Françoise C avait raccrochĂ© son tĂ©lĂ©phone, elle avait immĂ©diatement songĂ© Ă  toutes ces annĂ©es oĂč elle s’était moquĂ©e de Fred le fils de sa voisine Mme Z. Elle s’était assise sur le grand canapĂ© en bois mahogany oĂč Ă©tait installĂ© Fred son jeune voisin et avait fondu en larme dans ses deux bras.

 

VoilĂ  ! C’est ainsi que les Ă©vĂšnements s’étaient dĂ©roulĂ©s. Je vous laisse rĂ©flĂ©chir Ă  la moralitĂ© de l’histoire. J'espĂšre vous avoir Ă©clairĂ© comme les bĂštes Ă  feux qui Ă©clairent les nuits sombres de mon pays. 

 

MĂšsi an chay ! An lĂłt soley ! 

© AoĂ»t 2015. Tous droits rĂ©servĂ©s.

  

Texte et publication : Mr David Gagner-Albert☚

📞 info commerciale et renseignement : lucidesapiens@rocketmail.com

 

Espace pro  |  Editer vos biographies |  Faites un Don  |  Boutique Lucide Sapiens | La chaĂźne You Tube  | TĂ©lĂ©chargez votre musique | Contactez-moi |

CGU Conditions GĂ©nĂ©rales d’Utilisation du site ©

© Lucide Sapiens n° Siret : 504738345RM972

�Le mot makoumè en Martinique, puissance verbale et faiblesse sexuelle

Lucide Sapiens Ads

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

PECOU 13/01/2017 19:25

Bonsoir,
Parmi les chansons vous avez oublié, semble-t-il, celle que chantait Gérard Lavigny (je crois) dans les années 50 : "Deux makoumÚ lévé en pyjama"
RP

√ David GAGNER-ALBERT 17/04/2017 22:47

Bonsoir ! Vous pouvez passer une annonce sur mon site. Pour cela, envoyer-moi un message en privĂ© via : lucidesapiens@rocketmail.com ‱ Je vous ferai part des modalitĂ©s de diffusion. CORDIALEMENT Mr Gagner-Albert 5 ( Responsable du de Lucide Sapiens Martinique )

Nicolas 17/04/2017 21:10

Bonsoir
J'ai 57 ans et je recherche cette chanson que mes parents avaient en Vinyl 33 tours dans mon enfance. Les paroles dont je me souvient sont:
"Deux makoumĂš se lĂ©vĂ© en pyjama, ma dĂ©fini ... y'a pas plus bĂȘte que ça!".
Pouvez-vous me donner plus d'information?
J'ai cherché sur Internet autour de GERARD LA VINY mais je n'ai rien trouvé.
Cordialement, Nicolas depuis l'Ile de France.

phil 07/09/2015 19:54

Vous oubliez(Ă  l'Ă©poque)ce mot dans cette phrase oĂč deux "vielles" se parlent:hĂ© makoumĂš !

David Gagner-Albert 17/04/2017 22:49

Bonsoir ! Vous pouvez passer une annonce sur mon site. Pour cela, envoyer-moi un message en privĂ© via : lucidesapiens@rocketmail.com ‱ Je vous ferai part des modalitĂ©s de diffusion. CORDIALEMENT Mr Gagner-Albert ( Responsable du de Lucide Sapiens Martinique )

√ David GAGNER-ALBERT 08/09/2015 02:37

Bonjour Phil !

Merci pour vĂŽtre commentaire et pour l'intĂ©rĂȘt que vous accordez Ă  mon travail de mise en valeur culturelle.

Effectivement cette expression m'avait échappé. " MakoumÚ mwen " qui veut dire mon amie.

Je vais dans quelques temps, compléter l'article grùce à vÎtre contribution.

Un grand merci Ă  vous PHIL ! Vous pouvez aussi vous abonner pour mieux suivre mes publications.

A+

phil 07/09/2015 19:54

...qui veut dire:salut l'amie.