Les "Bonne Manman" de la Martinique ; qu'est-ce qu'une "Bonne Manman" ?
Actualité sociale Martinique | Edité le 4 novembre 15 | article précédent | Proposition Cciale

 

Bel bonjou tout moun aliwon latè ! Bonjour à tous ! Je suis David GAGNER-ALBERT artiste-blogger Martiniquais. Aujourd’hui, c’est une fois de plus avec un plaisir aussi grand que la Montagne Pelée que je veux mettre en Lumière des Monuments du paysage social Martiniquais. Des Monuments Vivants sans lesquels je ne serais certainement pas en train d’écrire cet article que vous allez prendre un grand plaisir à lire. Il s’agit des « Bonne Maman » de la Martinique. Vous avez certainement entendu parler de ces grann dam ; grandes dames. Vous voyez ! J’ai décidé de rendre un hommage aux « Bonne Manman » Martiniquaises. Vous voulez en savoir plus ! Suiv mwen ! Lisez-moi du début à la fin.  

Qu’est-ce qu’une Bonne Manman en Martinique ? Saki an Bônn Manman ?

Vous avez certainement déjà entendu l’expression « Bonne Manman » sortir de la bouche d’un Martiniquais. Ou vous êtes vous-même un Martiniquais et vous avez  une « Bonne Manman » que vous aimez par-dessus tout. Mais laissez-moi expliquer à ceux qui ne savent pas, qu’est-ce qu’une « Bonne Manman » Martiniquaise. Je ne sais pas, mais je crois que l’expression est aussi utilisée en Guadeloupe et en Guyane…? (Vous pouvez me répondre ?) Quand je parle de « Bonne Manman », j’écris toujours l’expression avec un « B » et un « M » majuscule. La raison pour laquelle j’écris toujours l’expression « Bonne Manman » avec des majuscules c’est que…Devinez ? Je vois que vous voyez.

Chaque « Bonne Manman » est unique. Unique comme votre code génétique. Cette mise en lumière est fondamental si vous voulez bien comprendre les « Bonne Manman » de la Martinique. La « Bonne Manman » Martiniquaise est une personne unique. Vous voyez ? Ma « Bonne Manman » à moi n’est pas la vôtre quand bien même nous pourrions la partager. C’est aussi la raison pour laquelle « Bonne Manman » ne s’écrit jamais au pluriel. En Martinique, « Bonne Manman » s’écrit toujours au singulier comme les manguiers bassignac portent toujours dans mangues à la période des grandes vacances. 

Généralement, l’expression « Bonne Manman » est utilisée pour désigner les grands-mères Martiniquaises. Mais elle désigne aussi toutes les femmes d’un certain âge à qui l’on voue un profond respect et avec qui l’on a un lien affectif très très proche. Vous n’avez pas besoin d’avoir un lien de sang ou familial avec une personne pour l’appeler « Bonne Manman ». La « Bonne Manman » est une grand-mère pour Tous. Elle peut être votre voisine tout simplement.    

Quel est le rôle social de la Bonne Manman dans la société Martiniquaise ?

Bien que les vraies « Bonnes Manmans » tendent à disparaître, de mon point de vue, la « Bonne Manman »  joue un rôle de racine au sein de l’éducation des petits z’enfants et de tous ceux qui se trouvent dans son environnement. Elle seconde l’éducation donnée par les parents. Et oui ! La « Bonne Manman » est une personne aimée de tous et que l’on  peut partager avec tout le monde. Elle est comme un grand arbre, un fromager séculaire au pied duquel tout le monde peut venir prendre de l’ombrage.

La « Bonne Manman » est une grande dame très respectée qui sait réprimander quand il le faut et donner des gâteaux quand vous le méritez.

La particularité de la « Bonne Manman » Martiniquaise.

La « Bonne Manmans » est une femme âgée de plus de 70 ans et a les cheveux grisonnants comme de l’argent même si elle n’est pas spécialement riche. Toute la richesse de la « Bonne Manman » est logée au fin fond de son cœur. La richesse de la « Bonne Manman » c’est avant tout l’Amour et l’éducation qu’elle peut vous donner. De temps à autres elle peut aussi vous donner une petite pièce ou un petit billet. Souvenez-vous, vous voyez ! La bonne manman à la particularité de donner. De beaucoup donner surtout à ses petits z’enfants. Ce qui peut lui valoir quelques critiques.

La « Bonne manman » connaît le secret des plantes et peut vous aider à vous remettre de n’importe quelle vieille grippe qui serait tombée sur vous par imprudence. Par exemple ; la « Bonne Manman » va prendre le petit bébé et le mettre dans un bain de feuillage qu’elle aura préalablement mis au soleil. Elle vous dira :

- Mété tjanmay la andidan glo-a ! Mets l’enfant dans l’eau !

Elle vous dira que c’est pour lui enlever les boutons sur le corps. Et ça marche ! Le lendemain matin au pipiri chantan ; le soleil n’a même pas encore ouvert ses yeux sur la Martinique que le petit bébé n’a plus un seul bouton. Elle sont formidables les « Bonne Manman ». De vraies magiciennes les « Bonne Manman ». Pas vrais ?

Mon histoire personnelle avec ma Bonne Manman

Yé krik ! Yé krak ! Comme beaucoup de Martiniquais, moi aussi j’ai eu Non pas Une mais des « Bonne Manman ». Cela remonte au temps où le diable était encore un enfant. Antan djab té ti gason, j’ai le souvenir encore très frais dans ma tête comme la pluie qui vient de tomber que l’une de mes « Bonne Manman » me récompensait toujours en me donnant une petite pièce de 5 ou 10 francs chaque fois que j’étais allé lui faire des courses chez Madame Michel ou Mme Lala (commerçants de Trénelle).

Dans cette même époque où le diable n’était encore qu’un enfant, cette même « Bonne Manman » allait faire ses courses à Fort-de-France une fois par mois chaque mercredi que Dieu lui prêtait vie. Et le mercredi je n’avais pas école. Vous voyez. Alors entre 11 h et 12 h30, j’allais attendre « Bonne Manman » du côté du camp militaire Desaix (au-dessus de Trénelle). Je m’asseyais à l’ombre d’un gros jujubier pour attendre « Bonne Manman ». Il s’écoulait parfois des heures interminables que j’occupais comme je pouvais (en observant les zanoli) avant que j’aperçoive «Bonne Manman » sortir du  grand bus vert Mercedes marqué GET. Elle avait coutume de m’apporter un gâteau-coco ou un macaron pour me récompenser du service que je l’avais rendu en l’aidant à transporter son cabas rempli de course jusqu’à sa maison à Trénelle. Nous passions « Bonne Manman » et moi par le petit chemin du côté de l’hôpital Clarac pour descendre chez nous à Trénelle. Vous voyez !  Elle était toujours heureuse de savoir qu’elle pouvait compter sur moi David. Tan fè tan ; le temps à passé et a fait du temps. Les années ont passé et « Bonne Manman » nous a quitté pour aller au paradis.

Voilà ! Ceci est un article en hommage aux « Bonne Manman » de la Martinique. J’espère vous avoir éclairé comme les bêtes à feux qui éclairent les nuits sombres de ma petite Martinique. J’espère aussi que les « Bonne Manman » resteront encore longtemps au sein du paysage social Martiniquais ou d’ailleurs.

 

En mon nom (David GAGNER-ALBERT) et en celui de Tous les Martiniquais. Je dis un Grand Merci à Toutes les « Bonne Manman » de la Martiniquais.

Mèsi an chay ! An lót soley !

© Tous droits réservés. Novembre 2015.

© Texte et directeur de publication : David Gagner-Albert 📞: lucidesapiens@rocketmail.com

 

 

 

 

Espace pro  |  Editer vos biographies |  Faites un Don  |  Boutique Lucide Sapiens  | La chaîne You Tube  | Téléchargez votre musique | Contactez-moi |

CGU Conditions Générales d’Utilisation du site ©

 
 

© Lucide Sapiens n° Siret : 504738345RM972

Tag(s) : #actualité sociale de Martinique

Partager cet article

Repost 1