Une diablesse dans la rivière du quartier Tracée Trinité en Martinique - Lucide Sapiens Martinique

Une diablesse dans la rivière du quartier Tracée Trinité en Martinique

Une diablesse dans la rivière du quartier Tracée Trinité en Martinique
Actualité sociale | Edité le 12 février 2016 | article précédent | Proposition Cciale 

 

Yé krik yé krak…

Dans la nuit du dimanche au lundi 8 février 2016 vers 3 h 30 du matin une diablesse a été aperçue dans la rivière du quartier Tracée Trinité en Martinique.  C’est un riverain des environs qui rentrait chez lui après un zouk endiablé qui a vu la créature dans la rivière.

L’homme n’a pas voulu révéler son identité de peur de passer pour un wonmié ; un ivrogne. Mr Ti-Sonson* était tout de même lucide et totalement cohérent au moment où il m’a raconté les faits le mardi gras. Il m’a juré sur la tête du Bon Dieu qu’il n’avait pas bu une goutte de rhum ce soir là (il était à jeun). Selon les propos que m’a rapporté Mr Ti-Sonson*, la diablesse était en train de prendre un bain dans la rivière de Tracée Trinité. Vous lisez attentivement ce qu’il m’a dit :

« Je rentrais chez moi à pied vers 3 h 30 du matin. Je montais en direction du quartier Birot. C’est en passant sur le pont qui traverse la rivière de Tracée en allant vers le Gros-Morne, que je me suis arrêté pour allumer une cigarette. Le noir se faisait très profond. La lumière du poteau électrique ne fonctionnait pas malgré le fait qu’il a été réparé très récemment. Je me demande pourquoi d’ailleurs ? Après avoir allumé ma cigarette, mon regard s’est spontanément dirigé sur le côté droit du pont. Je ne sais pas non plus pourquoi ? Malgré le noir épais, j’ai tout de même distingué une forme en train de bouger en contrebas.

J’ai tout d’abord pensé à un animal. Un bœuf ou un chien dans l’eau. Mais à bien observer, la forme semblait plus humaine qu’animal. Alors je me suis immédiatement dit que c’était peut-être une personne qui était peut-être tombée dans la rivière. Et qu’elle avait certainement besoin d’aide. Vous voyez. Je n’ai écouté que mon cœur. Vous êtes d’accord que vous auriez pensé et agis comme moi.  

Je suis descendu en contrebas du pont. Je suis descendu dans la rivière de Tracée pour voir plus claire et avoir le cœur net. (Rappel 3h 30 du matin). Quand je suis arrivé sur le bord de la rivière, j’ai bien eu le cœur net qu’il s’agissait d’une forme humaine. Mes deux yeux s’étant habitués à l’obscurité, j’ai bien vu de là où j’étais debout qu’il s’agissait d’une femme. Vous voyez. Je ne pouvais pas la rater.  

 

Une diablesse dans la rivière du quartier Tracée Trinité en Martinique

Alors, j’ai sauté sur deux ou trois pierres dans la rivière pour aller vers elle. Arrivé à quelques mètres d’elle, je lui ai demandé si elle avait besoin d’aide. Coquin que je suis, j’avais déjà une petite idée derrière la tête. Vous comprenez. Mais j’ai eu le réflexe de rester à distance. Elle était assise sur une grosse pierre plate. Vous auriez juré un tombeau. (Voir photo). Elle ne m’a pas répondu. J’ai distingué que la personne était toute nue. Je ne voyais pas bien son visage dans le noir. Mais sa tête était bien tournée vers moi. Voyant qu’elle ne répondait pas, j’ai trouvé ça suspect. La peur commença à s’installer en moi.

J’ai immédiatement sorti ma lampe de poche de mon pantalon. J’ai projeté la lumière vers elle. J’ai vu ses yeux fixés en ma direction. Elle s’est mise debout comme si elle était prête à se diriger vers moi pour me sauter dessus. Et c’est à ce moment précis que j’ai vu sa patte de cheval. J’ai eu le temps d’entendre le sabot de la patte frapper sur le rocher « plakatak plakatak ». J’ai manqué de tomber dans l’eau en voyant ça je vous dis. Sur le coup de la peur, j’ai balancé ma lampe de poche pour l’atteindre. Et j’ai déjanmbé les roches de la rivière comme je ne l’avais jamais fait depuis mon enfance. J’ai couru, j’ai tellement couru que j’ai rucou jusqu’à ce que j’arrive au bourg du Gros-Morne. »*

*J’ai volontairement changé le nom. Témoignage de Mr Ti-Sonson recueilli le 9 février 16.

Ce n’est pas la première fois que la diablesse fait son apparition dans la rivière de Tracée Trinité

L’année dernière dans la même période, la diablesse avait déjà fait son apparition. Elle avait déjà été vue les années antérieures au même endroit. Mais les personnes qui voient la diablesse hésite à en parler parce qu’elles ont peur de passer pour des folles. Vous savez comme moi-même que le rhum fait des ravages en Martinique. Vous comprenez.

Cette diablesse semble vivre dans la rivière de Tracée Trinité depuis plusieurs générations. Mes arrières grands-parents ainsi que des anciens du quartier m’en avait déjà parlé.

Le carême la période des diablesses en Martinique

Selon moi, l’apparition de la diablesse durant cette période de carnaval n’est pas étonnant. La Martinique est rentrée dans la période du carême et c’est précisément durant ce temps que les diablesses, antéchrists, dorlis et autres choses malfaisantes sont les plus actifs en Martinique. Le mardi gras et le mercredi des cendres, certaines diablesses n’hésitent pas à se fondre dans les vidés de carnaval pour danser comme vous et moi et séduire des hommes qu’elle chawa avec elles je ne sais où.

Les diablesses et les rivières en Martinique

En cette période de carême, il recommandé de ne pas rester seule à proximité des rivières après 18 h 30. C’est effectivement aux bords des cours d’eau que les diablesses restent le plus. Sélà yoka rété. Pour causes, les diablesses se servent de l’eau de la rivière comme d’un miroir pour coiffer leurs longues et très belles chevelures.       

Les diablesses et les manmans dlo

Il très important de savoir qu’outre les diablesses, les rivières de la Martinique sont  aussi peuplées avec des « manman glo ou dlo » ; maman de l’eau. Les manmans glo sont les gardiennes des rivières de la Martinique. Ce sont des espèces de sirènes d’eaux douces. Quand diablesses et manmans glo se trouvent sur le même territoire, elles ne font pas bon ménage. Il peut y avoir des affrontements terribles entre ses deux créatures Martiniquaises.

Voilà ! J’espère vous avoir éclairé comme les bêtes à feux qui éclairent les nuits sombres de ma Martinique.

Mèsi an chay ! An lót soley ! Merci beaucoup ! Au revoir !

© Février 2016. Tous droits réservés pour tous pays. 

Pour en savoir plus sur le carême en Martinique vous pouvez télécharger mon article de témoignage culturel sur Amazon. 

© Texte et responsable de publication : David Gagner-Albert 

Contact : lucidesapiens@rocketmail.com 

Espace pro  |  Editer vos biographies |  Faites un Don  |  Boutique Lucide Sapiens  | La chaîne You Tube  | Téléchargez votre musique | Contactez-moi |

CGU Conditions Générales d’Utilisation du site ©

 
 
 
 

© Lucide Sapiens n° Siret : 504738345RM972

Partager cet article

Repost 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article


☛ Je veux GAGNER de l'Argent. J'ouvrez un compte GRATUITEMENT. Cliquez !

☛Boutique Digitale