Lucide Sapiens Martinique

Avoir la peau très Noire en Martinique, sommes-nous toujours complexés ?

pub-lucide-sapiens-martinique   

http://i1.wp.com/zafroland.files.wordpress.com/2013/06/capture-d_ecc81cran-2013-06-24-acc80-19-11-41.jpg?resize=479%2C635

 

Actualité sociale Martinique | Edité le 13 avril 2014 | article précédent | proposition Cciale 

Avoir la peau très Noire en Martinique, sommes-nous toujours complexés ?

Yé Kric…Yé Krac ! Est-ce que la web-cour dort ?*

*La réponse est  « Non la web-cour ne dort pas ! » 

Au temps où le diable n’était encore qu’un enfant, il y avait une époque où la couleur de la peau était un facteur déterminant dans la vie d’un Martiniquais. A la naissance d’un enfant, après sa santé, la préoccupation de l’entourage était de savoir comment était-il sorti ? C’est à dire quelle était la couleur de sa peau.

« Je me demande bien pourquoi les familles Martiniquaises avaient-elles ce genre d’attitude ? Je ne comprends vraiment pas et je suis curieux. J’ignore qu’elle a été l’expérience la plus douloureuse de leurs histoires et la plus tragique pour qu’ils agissent ainsi. »   

Comme vous le savez très certainement, le peuple Martiniquais s’est formé par la combinaison génétique de différents peuples. Le mélange entre ces composantes a donné une société métissée avec des couleurs de peaux très particulières. Ces couleurs de peaux qui sont si belles que le soleil pourrait y taper pour former un arc-en-ciel.  

Il y a : 

- le mulâtre ou la mulâtresse : c’est un métis entre un Blanc et un Noir. Le mot mulâtre tient ses origines du mot espagnol mulato, mulo, mulet  

- le chabin ou la chabine : c’est un métis entre un mulâtre et un noir.  Les chabins et les chabines ont la peau très claire avec la particularité d’avoir quelques fois des yeux verts. Le mot chabin provient d’une espèce de cabri au pelage laissant penser à la couleur de peau de certains métis. D’où la dénomination  de « chabin ».    

- le capre ou la capresse : c’est un type d’homme ou de femme Noir à la peau assez claire (couleur cannelle) mais qui porte sur la tête des chevaux plats. Le capre ou la capresse est à mi-chemin entre le Noir et le mulâtre. Les femmes capresses ont souvent de longues chevelures.

- le chabin kalazaza ou chabine kalazaza : c’est un type d’homme ou de femme Noir à la peau claire mais avec un teint basané, un peu roux ou rousse. Les personnes de types kalazaza peuvent avoir des yeux verts clairs comme les chabins et chabines. Le type kalazaza est un mélange entre un chabin ou chabine et une personne plus foncée.

- les coulis ou kouli : c’est le nom donné  aux descendants des premiers Indiens venus en Martinique après l’abolition de l’esclavage. Ces Indiens étaient en majorité originaire du sud de l’Inde. Ils étaient venus pour remplacer les anciens esclaves dans les champs de canne-à-sucres. Les personnes de type coulis ont la même ressemblance que les Indiens de l’Inde.   

- les Noirs ; Nègre ou Nègresse : en Martinique les termes Noirs, Nègre ou Nègresse  sont souvent utilisés pour désigner les personnes très foncées de peaux. C’est la couleur de peau que l’on redoutait le plus pour ses enfants. Etre Noir c’était avoir le diable dans la peau.  

Yé kric…Yé krac ! Est-ce que la web-cour dort ? 

Hier : Antan lontan

La couleur de peau Noire très très foncée de certains Martiniquais était souvent un frein à leur épanouissement. Cela pouvait être un frein à la réussite sociale et professionnelle.

Un enfant qui naissait « très NOIR », son entourage avait du mal à l’imaginer gravir l’échelle sociale pour devenir un homme ou une femme illustre.

« Cette partie de vous responsable de cette attitude voulez-vous en être conscient ? »

La couleur de peau très Noire était considérée comme une tare, une tâche dont il fallait absolument se débarrasser. La couleur de peau Noire rappelait l’esclavage donc il valait mieux avoir la bonne couleur. La couleur de peau qui rapprochait le plus des anciens maîtres. Les croyances de l’époque laissaient penser que plus l’on était clair de peau, plus on avait de chance de réussir dans la vie. Les cheveux, eux-aussi avait une importance capitale. Il valait mieux qu’ils ne soient pas ou peu crépus.    

De ce fait, les personnes de type mulâtres ou chabins étaient beaucoup plus désirées. Certains de ces mulâtres ou chabins n’hésitaient pas à démontrer des signes de supériorité face aux personnes plus foncées.

Le désir de voir leurs progénitures réussirent dans la vie poussait les parents à encourager leurs fils et filles à se marier à des personnes plus claires de peaux. L’importance de préciser qu’un mariage avec une personne de type Caucasien était le summum pour les parents, n’est pas exagérée.

Au retour d’un enfant qui était parti pour la France faire des études ou travailler, le voir revenir au pays avec une femme blanche ou un homme blanc faisait parti des désirs parentaux.

http://media.topito.com/wp-content/uploads/2011/02/pub.jpg

En effet, la venue au monde d’un petit mulâtre ou d’une petite mulâtresse était un bonheur immense pour les grands-parents. C’était le signe d’une évolution. (Vous pouvez faire un parallèle avec les Evolués du CONGO durant la colonisation Belge)   

C’était une façon de se sauver d’une malédiction. Etre Noir c’était avoir le diable dans la peau. Le passage du Noir vers  le Blanc était comme sortir de l’obscurité et passer à la lumière.

Des témoignages encore plus poignant vous affirment que certaines personnes très Noirs de peaux pouvaient être mise de côté dans des situations à caractère sociales (fêtes, écoles etc.)…

A l’école, certains instituteurs pouvaient mettre les petits écoliers clairs de peaux à l’avant et les petits noirs au fond de la classe. 

➤ Ci-dessous : le témoignage de Mr Jean-Baptiste (Martiniquais de 85 ans)

LS : Comment les personnes très noires de peaux étaient-elles perçues à votre époque ? 

JB : Je me souviens que quand vous étiez très Noir de peau, vous étiez le petit nègre parmi les grands-nègres (les plus clairs). Quand on était noir, très foncé de peau, on ne faisait pas le poids face à un mulâtre ou un chabin quand on voulait zayé, séduire une fille. L’attention des jeunes filles se portait surtout sur les hommes plus clairs de peaux. Les jeunes hommes aussi accordaient plus d’attention aux petites chabines ou mulâtresses. C’était des deux côtés faut le dire ! Nous avions grandi avec l’idée dominante qu’il valait mieux se lier à une personne plus claire même-si elle était moins belle !

LS : C’était une véritable hypnose collective ?

JB :  En quelque sorte ! Ceux qui avaient fait le choix de s’éprendre d’une personne très noire de peau pouvait faire face à de nombreuses critiques. Une femme déjà très foncée de peau ne  devait surtout pas sortir avec un homme aussi noir qu’elle. Elle se devait de relever sa couleur. Sinon on pouvait entendre les propos suivants : i za nwè i ka mayé épi nèg nwè tala ! ; elle est déjà noire, elle épouse ce nègre noir.

LS : En somme la couleur noire faisait peur aux Noirs ? Achetez les produits et services Lucide Sapiens. 

JB : Non ! Nous étions dans un rêve. Touchez votre bras droit, s’il vous plait. Il est bien réel, VOUS le ressentez ! A cette époque, vous viviez dans cette vérité. Je dirais que nous avions été dressé, monté les eux contre les autres pour que cela arrive…

LS : Pourtant, beaucoup de personnes très noires de peau ont réussi leurs vies sociales et professionnelles voire amoureuse ?

JB :  Dieu soit loué ! Cela ne veut pas dire que tout le monde pensait pareil. Mais c’était une tendance générale.  

La schizophrénie à cause de la couleur

Malheureusement, il y a des cas encore plus grave. Le mal-être, le rejet de soi-même, le rejet social, le manque de confiance, d’affirmation face aux plus claires conduisaient certaines personnes à une mort psychique. Les troubles mentaux du à la couleur de la peau ont été des facteurs de troubles psychiques. Mais on en parle peu. Pourtant, certaines personnes ont fait de longs séjours à l’hôpital de COLSON à cause de la couleur de leurs peaux. Etre Noir c’était avoir le diable dans la peau.

Les jurons sur la couleur de la peau

Voici les différents jurons ou expressions qui étaient utilisés pour qualifier les personnes qui avaient eu le malheur d’avoir la peau noire, très noire.

- Nèg nwè tala ; ce nègre Noir

- Y nwè kon yè ô swè ; il est noir comme hier soir

- Y nwè kon an mèl nwè ; il est noir comme un merle noir

- Y nwè kon an môso chabon ; il est noir comme un bout de  charbon

- Vié nègress nwè tala ; cette vieille négresse noire 

➤ Ci-dessous : témoignage de Mr Jean-Baptiste ( suite )

LS : Que dire de tous ces expressions ou jurons liés à la couleur de la peau noire ? 

JB :  Ce sont des jurons qui ont blessé toute une génération d’hommes et de femmes à l’époque. Je me souviens d’une jolie capresse de Trinité qui me plaisait beaucoup. Quand je lui ais dévoilé mes intentions à son égard, elle m’a gentiment  répondu que j’aurais pu avoir m’a chance si je n’étais aussi brûlé de peau. Sur le  moment,  les mots sortis de la bouche de cette fille que j’aimais tellement voir et que je voyais déjà à mes côtés, m’avaient plus blessés qu’un coup de coutela.  Vous imaginez la douleur que j’ai ressentie à cet instant. Mais j’étais conscient de l’aliénation de mon peuple ce qui m’a permis de vite me libérer. 

LS : Quel est votre regarde aujourd’hui ?

JB : Je n’ai point de rancune envers qui que se soit. Il est important de préciser que toutes ces attitudes peu reluisantes entre nous-mêmes à cette époque n’étaient pas volontaires ! Nous avions hérité ces croyances de nos  parents qui les avaient hérité de leurs aïeux ainsi de suite. En remontant à la source, j’ai compris certaines choses, ce qui m’a permis d’avancer.

Dieu merci qu’aujourd’hui les jeunes sont différents même-si il y a encore du travail à faire. Je souhaite vivement qu’un autre soleil se lève afin que cette situation disparaisse totalement.            

Yé kric…Yé krac ! Est-ce que la web-cour dort ? 

 Aujourd’hui : Jodi Jou

Les mentalités ont changé. L’affirmation que les personnes de types chabins ou mulâtres soient plus considérées que celles à peaux plus foncées serait fausse. Beaucoup de Martiniquais à la peau très foncée arborent fièrement leurs cheveux crépus.

Le risque de vous voir mis à l’écart à cause de votre couleur est nul. Aucune famille ne pensera qu’un enfant ne peut pas réussir sa vie parce qu’il est très foncée de peau. Aucun parent ne va préférer voir son fils ou sa fille épouser un chabin ou un mulâtre (Sauf cas particulier).

Il y a une réel prise de conscience et application des valeurs de la Négritude. Le Martiniquais est totalement conscient que la réussite n’est point affaire de couleur de peau mais de sagesse et d’intelligence.

Cependant, les stigmates n’ont pas totalement disparue pour autant. Il serait dommageable de dire que toutes les histoires liées à la couleur de la peau n’existent plus. Des complexes subsistent dans l’âme des Martiniquais comme dans celle de toute la diaspora Noire.

Une solution pour que les Martiniquais et les enfants de la diaspora Noirs sortent du complexe d’infériorité : 

Afin qu’un jour ces complexes finissent par disparaître complètement, la création de modules scolaires en développement personnel dès l’école primaire serait une excellente initiative. Il s’agirait de permettre à de nombreux enfants d’accepter la couleur de leurs peaux par le biais de travaux d’écritures, d’art et de discussions sur la façon dont ils se perçoivent. L’élément central de ces heures de cours tournerait spécialement autour de la couleur de la peau ; skin. La création de changement dans le subconscient des enfants serait une méthode très efficace pour créer un changement durable. L’objectif  est qu’après quelques années, que les enfants « Noirs » ou « Kamites » qui rentrent en adolescence ne ressentent aucun complexe d’infériorité. Qu’une image positive d’eux-mêmes soit ancrée dans leurs inconscients afin que des changements s’opèrent au sein de la diaspora Noire.   

Yé kric…Yé krac ! Est-ce que la web-cour dort ?

Non la web-cour ne dort pas.   

Voilà, j'espère vous avoir éclairé comme les bêtes à feux éclairent les sombres nuits de mon pays Martinique. 

Mèsi, mèsi an chay. An lót soley !

© 2014. Tous droits réservés.  

Lecture recommandée :

- Cahier d’un retour au pays natal de Aimé Césaire

- Rue Cases-Nègres de Joseph Zobel

- Peau Noire masque blanc de Frantz Fanon

 © Texte David Gagner-Albert

📞 lucidesapiens@rocketmail.com / Tel : 0696 92 11 39 

Mis à jour le : 10 septembre  2015

Espace pro  |  Editer vos biographies |  Faites un Don  |  Boutique Lucide Sapiens  | La chaîne You Tube  | Téléchargez votre musique | Contactez-moi |

CGU Conditions Générales d’Utilisation du site ©

© Lucide Sapiens n° Siret : 504738345RM972

 

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Mr lanticolonialiste 05/09/2016 17:01

D'accord avec vous "anoymes26/12/2015 14:29"

Mr lanticolonialiste 05/09/2016 16:52

Cest pas faux il n'y a qu'a voir la majorité des filles martiniquaises cherchent a épouser des blancs que ce soit en france et meme en martinique, le mulatre ou le chabin ne font plus le poids face aux blancs pour elles cest
L'ascension sociale dans leur traumatisme mental anti homme martiniquais elles se rendent compte que chabin ou mulatres (métis noir et blanc) ne sont que de vulgaires et misérables nègres a coté des blancs
Cest dommage autant d'idiotes sur cette ile de 400000 habitants en décroissance qui cherchent a exterminer leur peuple en se reproduisant avec des étrangers

Faut que les antillais (martinique guadeloupe) se détachent de la france et sa fausse image de meilleur pays au centre du monde si les peuples de ces iles veulent avancer et non pas sombrer vers leur fin

anoymes 26/12/2015 14:29

C'est honteux de lire ça les antillais sont de vrais complexés , j'ai vécu au Etats -unis, en Afrique et en Martinique , honte à vous chers Martiniquais. Lorsque vous venez vivre en France c'est là que vous ramassez une grosse claque ...vous êtes tous des noires , vous avez beau vous européaniser, laisser votre culture derrière vous , pour les français vous serez toujours des noires ..Pourquoi vouloir ressembler à votre colonisateur êtes-vous toujours soumis à ce point???'comme vous le dites si bien , il faut sauver la peau pour que le sang devient de plus en plus blancs " Honte à vous ...Ne renier pas vos origines ..;il y aura toujours quelqu'un pour vous le rappeler ...vous bannissez votre culture jusqu'à en perdre votre âme, et vos jeunes en souffre aujourd'hui. il suffit de regarder autour de vous et de voir vos enfants à la dérive;. Perte d'identité, manque d'identité...je suis fière d'être africaine (de père)-américaine (mère)..Vous rejeter tout ce qui peut faire allusion à votre passé mais avant de savoir où aller , sachez d'abord d'où vous venez